SilhouetteJ’ai vécu toute ma vie avec mon problème d’éjaculation précoce. Comme vous le caractérisez, je suis de grade 4, c’est à dire que j’éjacule avant même la pénétration en général. Adolescent ca a été très dur mais je me suis fait a l’idée, qu’au lit, je ne serais pas un ‘bon coup’.

J’ai eu très peu de relations amoureuses, et encore moins sérieuses. J’évitais tout simplement. J’ai toujours eu beaucoup d amies filles, mais ca aller rarement plus loin. Je ne saurais toujours pas comment expliquer pourquoi je n’ai pas fait le pas de consulter ou me soigner. Je crois que je m’étais tout simplement fait une raison. Les années ont passées et j’ai rencontre Lily, ma partenaire actuelle. Pareil, sexuellement, un désastre. A peine le temps des préliminaires, que c’était déjà fini. Entre elle et moi, il y a vraiment quelque chose de spéciale. C’est mon double comme je dis toujours. Il n y a que sexuellement que ca ne marche pas. Elle a toujours dit que ca ne la dérangeait pas et qu’elle était très heureuse avec moi. Nous sommes ensemble depuis 3 ans maintenant, et l’année dernière, nous avons pris la décision d’essayer d’avoir un bébé. Et c est la que les choses se sont compliquées. Nous en avons beaucoup discutés. Ce n’est pas avec les rares fois que j arrive à tenir assez longtemps jusqu’a la pénétration, qu’on y arriverait. Lily en a parlé a son gynécologue et lui a expliqué la situation. Il lui a commenté que les solutions a l’éjaculation précoce existaient et que c’était vraiment triste, pas seulement question de fertilité, mais aussi pour notre vie sexuelle, de ne pas avoir pris la décision avant, de me soigner. Il nous a parle de Priligy, mais nous l’a déconseillé par rapports aux effets secondaires.

Il nous a expliqué ce qu’était la thérapie comportementale

Il nous a parlé de la thérapie comportementale. Je dois dire que le mot thérapie m’a découragé un peu, mais quand il m’a expliqué que c’était simple et que je pourrais même suivre un programme online, je me suis senti rassuré. C’est comme ca que je suis tombé sur votre programme, et après que vous m’ayez rassuré sur la fiabilité de la méthode, je me suis lancé. Ca m’a vraiment fait bizarre psychologiquement de faire le pas de me soigner. J’ai répété la deuxième partie du programme une deuxième fois comme vous me l’avez conseillé. Je ne sais pas quoi dire. Aujourd’hui je contrôle mon moment d’éjaculer, je découvre un nouveau plaisir. Lily n’en revient pas non plus. Nous avons décidé de reporter de quelques mois l’idée du bébé, car nous avons vraiment envie de profiter au maximum de notre nouvelle vie sexuelle. Je tiens à vous remercier. Je suis un nouvel homme à 29 ans !

Nicolas, 29 ans – Nîmes, France