Femme nueCertaines zones de notre corps sont plus sensibles á la stimulation  par leurs fortes concentrations en capteurs sensoriels. Ces zones, appelées zones érogènes, lorsqu’elles sont stimulées, réveillent le désir sexuel.


Le degré de sensibilité de ces zones érogènes varie d’une femme á une autre

Rappelons qu’une femme sans stress, sans anxiété, sans fatigue…est bien plus réceptive á la stimulation du plaisir.  Un moindre frôlement ou attouchement peut éveiller en elle du plaisir, cependant la stimulation de ces zones érogènes qui sont plus délicates, nous permettent quelques fois d’atteindre l’orgasme.
Les préliminaires consistent á se concentrer sur ces zones afin de faire monter l’excitation et le désir entrainant une lubrification naturelle du vagin favorisant la pénétration.
On parle de zones érogènes secondaires, regroupant les zones sensibles situées sur l’ensemble du corps: les lèvres, les lobes d’oreilles, la nuque, les aisselles, les seins, les mamelons, l’intérieur des cuisses, les fesses…et bien d’autres.
Chez l’homme, lorsqu’il est éjaculateur précoce, la stimulation de ces zones érogènes déclenchent dans la plupart des cas l’éjaculation involontaire.

Les zones érogènes primaires sont les organes génitaux:

– Le clitoris: Son unique fonction et de procurer du plaisir. Elle est la zone du corps la plus sensible et sa stimulation doit se faire en douceur et en lubrifiant car il s’agit d’un organe très sensible.
Le clitoris comprendrait 8000 récepteurs de plaisir appelés « corpuscules de Krause ». Le clitoris permet un orgasme chez la plupart des femmes. L’orgasme clitoridien s’atteint par frottement, pression du clitoris et peut être déclenché par stimulation manuelle ou buccale, d’où le fameux cunnilingus pratiqué lors des préliminaires.

– Le vagin: La muqueuse vaginale est constituée d’une multitude de capteurs sensitifs qui en font l’une des zones les plus sensibles et érotiques de l’anatomie féminine. Chacun d’entre eux peut être source de plaisir, et d’orgasme. La zone la plus sensible du vagin serait celle qui cache le point G, le plus connu, se situant sur la paroi antérieure du vagin.

L’ensemble du corps de la femme est incontestablement une zone érogène et offre des méthodes de stimulation variées pour les deux partenaires. Si l’homme prend le temps nécessaire de découvrir les points les plus sensibles de sa partenaire, les chances d’augmenter son excitation et de lui offrir du plaisir pendant les rapports deviennent considérablement variées.